L'hypnose pour les enfants

 

Entre 2 et 6 ans, un enfant passe en activité cérébrale plus élevée (4 à 8 Hz), appelée «ondes thêta >>.

 

Elles correspondent à la relaxation profonde, à la méditation et au sommeil paradoxal.

 

Ces basses fréquences le rendent plus programmable. Les jeunes enfants, dont le cerveau fonctionne surtout dans ces fréquences jusqu'à l'âge de 7 ans, peuvent acquérir le grand volume d'in formations nécessaires à leur survie.

 

Si, durant cette période les parents permettent à leurs enfants de suivre une thérapie telle que l'hypnose pour les diverses difficultés rencontrées, sans minimiser leurs "petits" soucis, alors bien des grandes souffrances seront évité a l'âge adulte. 

  

Qu’est-ce que l’hypnose pour enfant ?

 

Loin d’être un état de sommeil, l’hypnose requiert un état de conscience où tous les sens sont en éveil. Le patient reste maître de lui-même, afin d’accéder à son inconscient. Durant la séance, l’enfant apprend à se détacher de ce qui le perturbe pour se focaliser sur ce qui lui procure bien-être et soulagement. C’est un état de conscience modifié que l’enfant va maîtriser en trois séances afin d’y avoir recours, lorsqu’il sera seul face à ce qui l’affecte. C’est ce que l’on appelle l’autohypnose. À un enfant qui manque de confiance en lui, le praticien peut, par exemple, proposer de se projeter en génie dans un univers où tout le monde aurait besoin de ses talents. Cette thérapie brève, orientée vers la solution immédiate, est appelée l’hypnose Éricksonienne. Les séances sont ludiques, remplies d’histoires, de jeux et d’imagination. Des conditions idéales pour conserver l’attention des petits patients.

À la suite de ces quelques séances, le thérapeute peut délivrer quelques outils à l’enfant afin qu’il puisse induire lui-même cet état hypnotique et ainsi puiser dans ses propres ressources, si nécessaire.

 

Hypnotiser un enfant, est-ce dangereux ?

 

Absolument pas. Bien au contraire ! Alors que les adultes résistent bien malgré eux lors des séances, à laisser parler leur subconscient et à se détacher de la réalité, les enfants réagissent complètement différemment. Ils ont une imagination débordante et accessible facilement, car ils sont très réceptifs.

 

Mieux encore, ils n’ont aucun préjugé sur l’hypnose et parviennent très facilement à accéder à leurs ressources intrinsèques. Il n’y a aucun risque puisque d’une part, l’enfant demeure conscient et se laisse guider vers les solutions d’un mieux-être dont il est générateur.

Et d’autre part, la forme ludique et agréable des séances d’hypnose permet aux enfants de participer avec plaisir et motivation.

Ces consultations ne sont donc pas associées à un traitement médical dans l’esprit des petits patients.

  

À partir de quel âge un enfant peut-il être hypnotisé ?

 

 De 0 à 3 ans : les nourrissons peuvent bénéficier de l’expertise d’un hypnothérapeute  en toute sécurité. À cet âge, les séances d’hypnose sont généralement requises pour pratiquer un acte médical dans les meilleures conditions possible pour le tout-petit. Le thérapeute va user de stimuli et autres moyens de distraction divers : le toucher, le réconfort, le câlin, le bercement, les murmures agréables…

 

De 3 à 6 ans : les jeunes enfants ont une faculté d’attention limitée. Afin d’y remédier, la séance d’hypnose sera divisée en plusieurs étapes. En alternant par exemple les contes hypnotiques, les jeux, les manipulations de matières, avec des exercices de respiration, des exercices corporels et des mimes, l’hypnothérapeute fera évoluer tout naturellement l’enfant vers la solution, car il s’adapte à son patient au fil de la séance. L’important durant toutes ces phases, c’est que l’enfant puisse reconnaître ses ressentis.

 

À partir de 6 ans : l’enfant peut exploiter tout le potentiel de l’hypnose, car il est entré dans l’âge de raison. Capable de construire sa pensée et d’imaginer de façon autonome, il prend complètement part à la séance. Les résultats et l’efficacité de l’hypnose en sont d’autant plus accrus.

 

À l’adolescence : les potentialités de l’hypnose demeurent importantes. Cependant, de nouveaux facteurs rentrent en compte, notamment les a priori de l’adolescent sur la pratique de l’hypnose et sa disposition ou non à s’investir dans cette forme de thérapie.

 

 Pour quelles pathologies hypnotiser des enfants est-il indiqué ?

 

 Pour combattre certaines difficultés du quotidien, pour apaiser des soins douloureux ou des maux récurrents ou en complément d’un suivi médical ou d’un traitement médicamenteux, l’hypnose pour enfant délivre tous ses bienfaits. Elle est généralement indiquée dans les cas suivants :

  • L’énurésie ou pipi au lit.
  • L’encoprésie ou incontinence fécale.
  • Le manque d’estime de soi et de confiance en soi (induite par un trouble tel que la dyslexie, la dyspraxie, la dyscalculie, la dysorthographie… ou non).
  • Les peurs et les phobies diverses.
  • Les troubles du sommeil.
  • Les troubles de gestion des émotions (tristesse, colère, angoisse, timidité…).
  • Les conséquences du TDAH (stress, manque de concentration, oublis, agitation…).
  • Les profils haut potentiel (inattention, hypersensibilité…).
  • Les troubles alimentaires divers (anorexie, boulimie…).

 Comment se déroule une séance d’hypnose avec un enfant ?

 

Certes, pour être efficace, une séance d’hypnose doit se dérouler sans la présence des parents. Inquiets de laisser votre progéniture seule avec un inconnu ? Parents, rassurez-vous, vous aurez tout le temps nécessaire de faire connaissance avec l’hypnothérapeute lors de la première séance. En effet, ce premier rendez-vous se déroule en présence des parents et des frères et sœurs si le besoin s’en fait sentir. Lors de ce premier entretien, la famille et l’enfant vont définir l’objectif de la future thérapie. Les parents pourront poser toutes leurs questions (et leurs inquiétudes) au praticien. De même, le professionnel s’intéressera au fonctionnement de la famille. À l’issue de ces échanges, quelques activités vont être proposées à l’enfant pour amorcer le travail à venir.

 

Les consultations suivantes vont s’effectuer avec l’enfant uniquement. Écoute, partage et compréhension sont les maîtres-mots de ces rendez-vous. Les parents sont invités à rester en salle d’attente ou à quitter le cabinet selon leur préférence. L’absence des parents est essentielle pour deux raisons. Parce que l’enfant ne réagira pas de la même façon en présence des parents (ou du parent seul) et parce que ce serait le priver d’une prise de conscience importante : le fait qu’il soit capable de gérer seul sa thérapie et de trouver les solutions sans l’aide de personne. En fin de séance, l’hypnothérapeute réalisera un compte-rendu au parent.

La séance d’hypnose va durer entre 30 min et 1 heure en fonction de l’âge de l’enfant.

 

 

Les bienfaits de l’hypnose chez les enfants sont évidents et reconnus. Plus qu’une technique médicale, l’hypnose peut s’avérer une véritable hygiène de vie. Au-delà des résultats immédiats qu’il procure, cet état de conscience particulier, bien assimilé pendant l’enfance, peut devenir un véritable soutien pour la future vie d’adulte !

 

Source  Dvora Léa P.