L'hypnose : thérapie brève ...

 

 

A propos de l'hypnose

 

L’hypnose est une méthode puissante de transformation et de développement personnel. Toutes les thérapies ne durent pas des années. Les thérapies brèves, comme l'art thérapie, le coaching, l'hypnose ou le PNL, peuvent également vous aider.

 

Outre les démonstrations impressionnantes et quelquefois inquiétante des hypnotiseurs de spectacle, l’hypnose est utilisée par les sportifs de haut niveau pour préparer leur corps et leur mental afin de donner le meilleur d'eux-même, par les médecins pour pratiquer des opérations chirurgicales sans anesthésie générale, et par de nombreux thérapeutes afin de répondre aux besoins de leur patients.

 

Le mot 'Hypnose' à deux sens. Il désigne à la fois un ensemble de techniques et l'état modifié de conscience qui résulte de l'utilisation de ces techniques. A l’origine l'hypnose est une pratique thérapeutique.

 

Qu'est-ce que l'hypnose

 

C'est un état modifié de conscience. L'état modifié de conscience (EMC) de l'hypnose se situe entre la veille et le sommeil. C'est un état qui ressemble au rêve. 

 

Tous le monde a déjà connu cet état. Vous aussi ! Voici quelques exemples d'hypnoses légères communes quotidiennes que vous avez déjà expérimenté : 

 

"être dans la lune, le regard au loin. Le corps est ici mais votre esprit est ailleurs", "être absorbé par le programme de télévision de sorte que vous n'entendez plus la personne a côté de vous en train de vous demandez un service".

 

Tous les spécialistes ont leur propre définition et aucune théorie ne fait autorité. Le phénomène hypnotique est si complexe que les praticiens disent volontiers qu’il y a, non pas une, mais plusieurs hypnoses. Seule certitude : ce n’est pas un état de sommeil, mais un état modifié de conscience (EMC), comme le rêve, la transe, la relaxation, les expériences mystiques, la méditation…

 

La « transe hypnotique » correspond à une modification de la vigilance normale – celle qui nous permet de raisonner et de vivre au quotidien. Mais elle a ses caractéristiques : dans un environnement monotone où rien ne se passe, où les stimuli sont peu intenses, notre cerveau est en « manque » d’informations. Il se met alors à en produire lui-même en puisant des images dans notre inconscient. En quelque sorte, on « rêve » tout en restant conscient.

 

En outre, contrairement à l’état de vigilance normale, où l’attention embrasse de nombreux centres d’intérêt en même temps et passe rapidement de l’un à l’autre, elle est concentrée, en hypnose, sur un sujet beaucoup plus restreint. C’est ainsi que, peu à peu, la personne hypnotisée oublie la réalité extérieure pour entrer dans une réalité intérieure, mais qu’elle vivra comme extérieure. 

 

 

Seule exception : la voix de l’hypnotiseur continue d’être entendue. Ses mots deviennent un stimulus très particulier qui augmente le pouvoir de la suggestion. Celle-ci provoque alors des changements psychologiques ou physiologiques inhabituels (disparition immédiate de douleurs aiguës ou d’un eczéma, etc) 

 

L’hypnose n’est pas un état, mais un processus qui se découpe en phases successives.


Chacune d’entre elle se caractérise d’ailleurs par des signes cliniques qui peuvent être observés chez le patient.


La première phase est l’induction qui consiste à se focaliser sur un élément pour produire une confusion dans la perception. C’est cette confusion qui permet de quitter la pensée critique.


La deuxième phase est la dissociation qui fait que le patient est à la fois ici et ailleurs. Elle ouvre sur « la perceptude », également appelée « veille paradoxale ».


À ce moment là, les perceptions acquièrent suffisamment de souplesse pour se réorganiser car l’esprit logique et rationnel est en quelque sorte mis en veille.